UMR 5133

Suivre l'actualité par flux RSS 

Laboratoire Archéorient

Environnements et sociétés de l'Orient ancien

Image oiseau MOM

ALBUKAAI Dia Eddin

ALBUKAAI Dia Eddin

ALBUKAAI Dia Eddin
Catégorie
Chercheur associé
Coordonnées

Laboratoire Archéorient
Maison de l'Orient et de la Méditerranée 
7, rue Raulin, F-69365 Lyon cedex 07 
E-mail : dia960[at]hotmail[dot]com

 

Thèmes de recherche

Structures de combustion, Néolithique, Proche-Orient

Date de soutenance
3 décembre 2014
Directeur de thèse

Alain BEECHING

Thèse soutenue

Les structures de combustion au Levant pendant la période néolithique précéramique (10000-7000 BP) : Typologie, techniques de construction, emplacements et fonctions.

 

Résumé de la thèse

Dans le cadre d’une recherche doctorale, les structures de combustion du Proche-Orient, et plus précisément de la Syrie datant de la période néolithique (10000-7000 BP), ont fait l’objet d’une analyse approfondie, réalisée sur plusieurs aspects. Cette étude s’oriente vers trois objectifs essentiels : (1) démontrer la possibilité d’une évolution morphologique et technique des structures de combustion, (2) démontrer l’importance sociale des dispositifs de combustion au sein de la communauté villageoise du Néolithique, (3) reconstituer les modes d’utilisation possibles des structures de combustion néolithiques.         

 Le corpus d’étude est composé de 286 structures de combustion provenant de cinq sites syriens couvrant chronologiquement deux phases clés de la séquence néolithique (PPNA et PPNB). Ces sites sont répartis sur trois zones géographiques : Jerf el Ahmar, Tell ‘Abr et Tell Halula (moyen Euphrate), Wadi Tumbaq 3 (Djebel Bal’as), Tell Aswad (Damascène).

L’étude de l’ensemble des échantillons recueillis a permis d’établir une typologie des structures de combustion, à partir de leurs principaux traits morphologiques et des aménagements équipant ces structures. Nous avons également pu mettre en évidence le rôle social joué par la structure de combustion en étudiant sa répartition spatiale par rapport à l’habitat. Ceci nous a permis d’identifier l’utilisation collective ou individuelle (une seule famille) de ces structures.

De plus, les études ethnographiques au Proche-Orient, nous ont conduit à reconstituer les différentes modes d’utilisation au cours du Néolithique. Trois champs d’utilisation sont reconnus pour les structures de combustion néolithiques ; (1) l’usage domestique, (2) l’usage rituel et (3) l’usage technique. Dans l’ensemble des échantillons étudiés, l’usage domestique, la cuisson notamment, et dans une moindre mesure, l’usage rituel, pourraient être les principaux appliqués. En effet, la rareté des matériels évoquant l’usage technique rend difficile son identification.

En conséquence, trois types d’évolution caractérisent les structures de combustion : (1) une évolution à grande échelle, couvrant géographiquement tout le Levant, et chronologiquement, les phases du PPNA et PPNB. (2) une évolution régionale (inter sites), observée notamment au moyen Euphrate et (3) une évolution intra-site, observée d’une phase d’occupation à une autre.

Mots-clefs : Structure de combustion, Néolithique, Levant, Typologie, Techniques

Abstract

This doctoral research is in-depth analysis of the structures of combustion in the Ancient Near East, more precisely in Syria during the Neolithic period (10000-7000 BP). Our study centers according three main objectives; the first attends to follow the morphological and technological developments of fire structures. The second attempts to demonstrate the social significance of the combustion devices within the village community from Neolithic. While the third objective aims to reconstitute the different possible modes of usage of the Neolithic fire structures.

Our corpus composes of a total of 286 fire installations coming from five archaeological Syrian sites covering chronologically two major phases of Neolithic sequence (PPNA and PPNB). These sites are localized in three main geographical zones ; Jerf el Ahmar, Tell ‘Abr and Tell Halula (Middle Euphrates), Wadi Tumbaq 3 (Djebel Bal’as) and Tell Aswad (Damascene). 

Finally, the analysis of the set of the collected samples allowed us to establish a typology of the studied fire structures through the analysis based on both the main morphological features and the adjustments which equip the structure. Then, we were able to highlight the social role played by the fire place via studying the spatial distribution compared to the habitat spaces. This permits us to identify if the structure has been used collectively or by a single family. In addition, the ethnographical studies allowed us to reconstitute the different modes of use of fire structures during Neolithic. In general, a fire place could be used for 1) domestic, 2) ritual or technical purpose. In our study case, the domestic role was highly detected, whereas the ritual usage was less present. Thus the technical use stays difficult to identify in such archaeological context, because of the scarcity of material referring to this purpose.

Accordingly, the evolution of structures of combustion could be characterized proceeding three levels. The first is a large-scale one covering geographically the Levant, and chronologically both PPNA and PPNB. The second is a regional (inter sites) observed particularly in the Middle Euphrates. The last is intra site discusses the evolution through the several phases of occupation on the same site. 

Keywords : Structures of combustion, Neolithic, Levant, typology, technical

Publications

A. Alqadi, N. Awad, D.E. Albukaai, W. Al-As’ad, R. Khawam, H. Ali. 2015. Aïn Jawal (cuvette d’El Kowm, Syrie centrale). Un niveau d’occupation néolithique précéramique autour d’un puits artésien : résultats préliminaires. Syria, tome 92, p. 225-238.    

ALBUKAAI D. E. 2015, « Les modes de cuisson possibles à partir des structures de combustion de deux sites syriens : Tell Aswad et Tell Halula », in Jean-Pierre Williot (dir.) : Du feu originel aux nouvelles cuissons, Acte de colloque (les modes de cuisson alimentaire du feu originel à la vaposaveur :  techniques, matériels, rituels et alimentations, de la préhistoire au XXI° siècle), Peter Lang Gmbh, Internationaler Verlag, Bruxelles, p. 23-38. 

ALBUKAAI D. E. 2012, « Les foyers de Tell Aswad et leurs modes de cuisson possible. Essai de reconstitution des pratiques domestiques et sociales ». Acte de colloque (Broadening Horizons 3. - Universidad Autonoma de Barcelona), Belladona, p. 101-112.

 

 

Rattachement
UMR 5133 - Archéorient, Maison de l'Orient et de la Méditerranée, 7 rue Raulin 69 007 Lyon

 Logo CNRS