UMR 5133

Suivre l'actualité par flux RSS 

Laboratoire Archéorient

Environnements et sociétés de l'Orient ancien

Image oiseau MOM

SUBVENTION FYSSEN 2020

SUBVENTION FONDATION FYSSEN 2020

De la ville au village, évolution des sociétés protohistoriques d’Asie centrale et de leur rapport à l’environnement lors du IIe millénaire avant notre ère 

 Porteur : Johanna Lhuillier (Archéorient).

Ce projet vise à ouvrir de grandes pistes de réflexion sur l’effondrement des civilisations et leur stratégies d’adaptation à travers un cas emblématique mais encore mal documenté, la disparition en Asie centrale de la civilisation de l’Oxus et la formation des cultures Sine Sepulchro lors de la transition entre les âges du Bronze et du Fer (2e moitié du IIe mill. av. n.è.). La région choisie, l’Oasis de Kayrit en Ouzbékistan (district de Sherabad, province du Surkhan-darya), offre un emplacement exceptionnel dans une zone peu documentée au paysage culturel complexe, une architecture unique pour la période et une grande homogénéité de la culture matérielle, qui en font une zone idéale pour mener des recherches pluridisciplinaires approfondies sur le comportement des sociétés humaines face à des modifications de leur environnement.

Le projet regroupe une équipe pluridisciplinaire basée au sein du laboratoire Archéorient du CNRS, en collaboration avec la faculté d’Histoire de l’Ouzbékistan et d’Archéologie de l’Université de Termez en Ouzbékistan, et mêle archéologie, géophysique, géo-archéologie, étude du matériel céramologique et lithique, études bioarchéologiques.

Dans un contexte de bouleversements culturels et socio-économiques très marqués lors de la fin de l’âge du Bronze et du début de l’âge du Fer ancien (2e moitié du IIe mill. av. n.è.), cette approche croisée permettra de caractériser l’implantation des habitats par rapport à l’environnement, de documenter le développement d’une nouvelle économie de subsistance et plus largement l’adaptation et l’impact des sociétés humaines sur leur environnement, ainsi que le rôle potentiel des populations nomades voisines dans la disparition de la Civilisation de l’Oxus. Trois axes de recherche seront privilégiés : la caractérisation de la culture matérielle, l’étude des habitats dans leur contexte environnemental et l’étude de l’économie de subsistance des populations durant l’âge du Fer ancien

 

 

 Logo CNRS