UMR 5133

Suivre l'actualité par flux RSS 

Laboratoire Archéorient

Environnements et sociétés de l'Orient ancien

Image oiseau MOM

ANR GEZIRA

Contrat ANR blanche "GEZIRA"

2009-2012, prolongée jusqu'en 2013
(ANR-11-XXXXXX)

Contrat ANR blanche "GEZIRA"

Partenaire du projet (n°3) :
Jean-Philippe GOIRAN
Géo-archéologue - chargé de recherche CNRS
Laboratoire Archéorient (UMR 5133)
jean-philippe.goiran[at]mom[dot]fr


 

(porteur du projet : Béatrix Midant-Reynes, IFAO, Le Caire)
(partenaire n°2 : François Briois, UMR 5608, Toulouse)
(partenaire n°4 : Thierry Rabaute, CS Systèmes d'Information, Toulouse)

GEZIRA - L'occupation humaine dans le delta du Nil au IVe millénaire. Archéologie et environnement

(voir le site sur TGE-Adonis)

L’environnement deltaïque est par nature hostile à l’homme (inondations, lagunes, marécages, moustiques). On a longtemps considéré que le delta du Nil n’avait pas connu d’occupation humaine avant que, à l’époque pharaonique, un minimum technologique le rende habitable. Or, les recherches géologiques et archéologiques menées durant ces vingt dernières années ont montré que, constitué tardivement dans sa morphologie actuelle – vers le 6ème millénaire avant notre ère – il avait été occupé dès la préhistoire.

Située au carrefour du Maghreb, de l’Afrique saharienne, du monde méditerranéen et du Proche-Orient, la région constitue l’extrémité nord d’un pays – lui-même vallée entourée de déserts – qui a vu la mise en place d’un des premiers États du monde.

L’objectif de ce projet est d’étudier les interactions entre les hommes et cet environnement spécifique durant les phases de formation de l’État égyptien.
Dans un écosystème naturellement fluctuant, quelles ont été les modes d’occupation qui se sont succédé du Néolithique aux premières dynasties égyptiennes ? Leurs implications sur les transformations du paysage et sur celles de la société ? Quelles traces ont laissé les formes nouvelles de pouvoir qui émergent à la fin du millénaire ? Quels impacts sur la gestion de l’environnement ?

Les nouvelles techniques géographiques, dont la télédétection et les systèmes d’information géographiques offrent non seulement des possibilités nouvelles pour la recherche archéologique, mais permettent de fournir des outils capables de répondre aux problématiques cruciales des interactions entre les hommes et l’environnement.

La mise en œuvre de ces instruments de recherche dans un contexte spécifique et pour répondre à un ensemble de questions bien précis a pour but d’obtenir une méthode d’analyse pertinente, transposable en d’autres endroits, à partir d’une région de référence.

équipe partenaire 3 et collaborations :
Hervé Tronchère (UMR 5133 Archéorient)
Laurent Schmitt (Université de Strasbourg)
Julien Cavero (UMR 5133 Archéorient)
Yann Callot (Université de Lyon 2, UMR 5133 Archéorient)
Yann Tristant (Macquarie University)
Irene Forstner Müller (Institut Autrichien du Caire)
Manfred Bietak (Université de Wien)
Philippe Brissaud (EPHE -Centre W. Golénischeff)
Alain Veron (UMR 6635 Cerege)
Nathalie Fagel (Université de Liège)

 Logo CNRS