UMR 5133

Suivre l'actualité par flux RSS 

Laboratoire Archéorient

Environnements et sociétés de l'Orient ancien

Image oiseau MOM

Contrat ECONET 2008

Contrat ECONET

n° 18867XK (2008-2009)

Porteur du projet :
Christine CHATAIGNER
Archéologue - ingénieur de recherche CNRS
Laboratoire Archéorient (UMR 5133)
christine.chataigner[at]mom[dot]fr

Paléoéconomie et paléomilieu dans le contexte néolithique européen entre mer noire et mer caspienne

Les reconstitutions de la paléoéconomie et du paléomilieu de sociétés néolithiques qui se sont développées de part et d'autre de la mer Noire, près de l'embouchure du Danube (Roumanie) et dans l'isthme du Caucase (Arménie), constituent le principal objectif de ce projet. A partir des recherches archéologiques actuelles et grâce à la révision des données anciennes, nous essayerons de mettre en évidence les différences et les ressemblances entre les deux régions au Néolithique et de déterminer l'éventuelle existence de relations.

Les premières communautés agro-pastorales apparaissent au cours du 7e millénaire sur le pourtour de la mer Noire, sans lien direct avec les cultures mésolithiques locales, et semblent donc liées à une migration culturelle originaire du Proche-Orient : celles du Caucase sont probablement issues du Zagros, celles de Roumanie appartiennent au courant "danubien" et viendraient du nord-ouest de la Turquie. En effet, dès le début du 7e et jusqu'à la fin du 4e millénaire, des éléments de la culture néolithique, dont l'élevage et les animaux domestiques apparus au 9e millénaire au Proche-Orient, ont été diffusés vers l'ouest européen en empruntant deux voies principales : le rivage nord de la Méditerranée (courant dit "méditerranéen") et les plaines limoneuses d'Europe centrale (courant dit "danubien"; Tresset, 2003). Mais un autre courant de diffusion néolithique a été moins étudié jusqu’à présent; il s’agit de celui qui a pu relier le Proche-Orient au sud-est de l'Europe par l'isthme du Caucase. L'étude approfondie des débuts de la domestication en Arménie et la comparaison de ces données avec celles de la Roumanie et des régions nord-Pontiques pemettra d'aborder cette problématique, qui est d’une importance fondamentale pour la compréhension du phénomène de néolithisation du sud-est de l'Europe.

L'intérêt spécifique de la collaboration entre des équipes françaises, arméniennes et roumaines est de pouvoir réaliser une synthèse sur les aspects économiques et environnementaux de la néolithisation sur le pourtour oriental et septentrional de la mer Noire, régions où les données, de valeur très inégale, ont besoin d'être vérifiées, complétées et étudiées de façon standardisée.

Contrat ECONET graphique

 Logo CNRS