UMR 5133

Suivre l'actualité par flux RSS 

Laboratoire Archéorient

Environnements et sociétés de l'Orient ancien

Image oiseau MOM

ANR BADIYAH

Contrat ANR franco-syro-allemand "BADIYAH"

(ANR-09-FASHS-010)

Contrat ANR franco-syro-allemand "BADIYAH"

Porteurs du projet :
Corinne CASTEL
Archéologue - chargée de recherche CNRS
Laboratoire Archéorient (UMR 5133)
corinne.castel[at]mom[dot]fr

Jan-Waalke MEYER
Archéologue
Professeur des Universités, J.-W. Goethe-Universität Frankfurt/Main
Institut für Archäologische Wissenschaften Abt. I, Vorderasiatische und Klassische Archäologie
w.meyer[at]em.uni-frankfurt[dot]de

Michel AL-MAQDISSI
Archéologue
Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie

Partenaire de la partie française du projet :
Dr Philippe QUENET
Archéologue
Maître de conférences à l’Université de Strasbourg
pquenet[at]umb.u-strasbg[dot]fr

Villes circulaires du IIIe millénaire av. J.C dans les marges arides de Syrie : Genèse, développement et déclin

Notre projet commun a pour ambition de faire la lumière sur un des aspects marquants du phénomène d’urbanisation qui touche la Syrie au Bronze Ancien (3100-2000 av. J.-C environ), découvert récemment. Parmi les villes qui voient le jour durant cette période, certaines adoptent, en effet, une morphologie particulière. De forme circulaire et, pour celles dont la structure nous est connue, bâties sur un plan radioconcentrique, elles frappent par leur conception toute géométrique.
Le projet consiste en une vaste étude régionale qui cherche à mieux saisir la genèse, le développement et la fin de ces villes circulaires dans la steppe syrienne, ainsi que les modes de subsistance et la sociologie de leurs habitants, aux premiers temps de l’urbanisation de la Syrie.
Plusieurs méthodes d’investigation, fondées sur la pluridisciplinarité et le croisement des données, sont mises en œuvre : la fouille, les prospections archéologique et géophysique, ainsi que les recherches environnementales.
Le programme s’appuie sur la poursuite et le développement, à une échelle beaucoup plus large, des recherches déjà engagées séparément par des équipes franco-syrienne, allemande et syrienne, respectivement sur les sites de Tell Al-Rawda, Tell Chuera et Tell Sha’irat. Ces établissements sont tous situés en zone de marge (Badiyah) où les précipitations sont faibles et irrégulières et ont en commun une même morphologie : il s’agit de villes circulaires, fortifiées et planifiées, organisées autour de voies radiales et concentriques et pourvues de temples du même type, des « temples à antes ».

Le but est d’exploiter ensemble les résultats déjà acquis et de réunir des séries de nouvelles données (sur les sites anciennement fouillés ou sur de nouveaux sites comme Khirbet Malhat). Ces données sont récoltées par des équipes homogènes de manière à pouvoir les confronter aisément et réfléchir collectivement à leur interprétation. Les objectifs de ce programme sont multiples : il s’agit de préciser l’histoire de ces villes circulaires depuis leur naissance, dès 3100 environ, en Syrie du Nord, où elles ont été identifiées en grand nombre (ex. Tell Chuera, Tell Mabtuh Esh-Sharqi), jusqu’à leur diffusion, vers 2500 av. J.-C., dans l’ouest de la Syrie centrale (Tell Al-Rawda, Tell Sha’irat, Khirbet Al-Qasr) et le sud du Jebel ‘Abd al-‘Aziz (Khirbet Malhat) ; de mettre en évidence les points communs et les différences entre chacune de ces régions et chacun de ces établissements et de tenter de préciser leurs liens. En outre, il nous faut tâcher de mieux comprendre l’environnement antique de ces établissements, l’exploitation de leur territoire et le rôle qu’ont pu jouer les populations pastorales semi-nomades et certains réseaux d’échanges dans l’émergence et le développement de ce type urbain.
Une seconde étape débouchera sur la mise en perspective des résultats de l’ANR grâce à l’organisation d’une table ronde à laquelle seront conviés tous nos collègues travaillant de près, de manière indépendante, sur le thème des villes circulaires.

 Logo CNRS