UMR 5133

Suivre l'actualité par flux RSS 

Laboratoire Archéorient

Environnements et sociétés de l'Orient ancien

Image oiseau MOM

[journée d'étude et colloques] Workshop - Les lieux du rituel funéraire

Workshop - Les lieux du rituel funéraire
Jeudi 24 Mai 2018

Multifonctionnalité et intrication des espaces funéraires et domestiques dans le Néolithique et l'âge du Bronze du Proche-Orient et de Méditerranée

Workshop organisé dans le cadre des travaux de l'Equipe 4 du laboratoire Archéorient
- 24 mai 2018, 9h30 - 17h30, 
Espace Marc Bloch, Institut des Sciences de l'Homme, 14 avenue Berthelot, Lyon.
Affiche (.pdf)
Programme (.pdf)
Présentation (.pdf)
Résumés (.pdf)

Les rituels funéraires, même réduits à leurs traces archéologiques ou à des mentions littéraires dans les textes anciens, apparaissent comme des suites de gestes complexes. Pris au sens large, ils englobent des activités distinctes de la seule déposition du corps, par exemple la construction des tombes, la préparation des défunts et l’exposition des corps, les manipulations d’ossements post-sépulcrales, la fabrication du mobilier funéraire, l’organisation de cérémonies impliquant la consommation collective de boisson et de nourriture et éventuellement des jeux funèbres, les rassemblements commémoratifs. Or ces activités nécessitent le recours à des lieux différents de la tombe et de la nécropole et à des objets autres que le seul mobilier funéraire, tels que vaisselle, outils, dispositifs de stockage, instruments de soins corporels… Des espaces domestiques, publics ou privés, intérieurs ou extérieurs, peuvent donc revêtir sporadiquement ou durablement des fonctions funéraires.
Inversement, des espaces habituellement dévolus aux rituels funéraires peuvent accueillir d'autres activités. En effet la nécropole, espace public à la croisée du civil et du religieux et lieu d'expression du lien communautaire, peut abriter des activités autres que les seules funérailles, par exemple des activités économiques.
Les rituels funéraires permettent donc d'examiner non seulement comment les vivants disposent des morts, mais aussi comment les activités engendrées par les pratiques et les rituels entourant la mort interfèrent avec les espaces de vie. C'est sous cet angle que nous souhaitons aborder l'étude des lieux du rituel funéraire : en prenant en compte la « porosité » et l'intrication des espaces funéraires et domestiques. En d'autres termes, la thématique concerne la multifonctionnalité des espaces et des objets liés aux pratiques et aux rituels entourant la mort, multifonctionnalité qui peut se manifester soit de manière permanente, soit de manière occasionnelle et transitoire.
Ces lieux et ces objets associés tant à la sphère funéraire qu'à la sphère domestique forment un espace funéraire « étendu » qui sera examiné dans une perspective interdisciplinaire réunissant archéologues, anthropologues, archéozoologues, épigraphistes, linguistes et sociologues.

 

 Logo CNRS