UMR 5133

Suivre l'actualité par flux RSS 

Laboratoire Archéorient

Environnements et sociétés de l'Orient ancien

Image oiseau MOM

BERRUYER Camille

BERRUYER Camille

BERRUYER Camille
Catégorie
Doctorant
Coordonnées

Laboratoire Archéorient
Maison de l'Orient et de la Méditerranée 
7, rue Raulin, F-69365 Lyon cedex 07
E-mail : camille.berruyer[at]gmail[dot]com

 

Thèmes de recherche

Archéozoologie, Momies animales Egyptiennes, Imagerie Synchrotron

Directeur de thèse

Michèle Casanova (Dir., Archéorient),
Tutorat : Emmanuelle Vila (Archéorient), Paul Tafforeau (European Synchrotron Radiation Facility)

Thèse en cours

Les pratiques de momification des animaux en Egypte ancienne : Etude archéologique, archéozoologique et biologique de momies de crocodiles par imagerie synchrotron.

Résumé de la thèse

Bien que depuis plus d’un siècle, les momies humaines égyptiennes font l’objet de vastes études, les momies animales ont, quant à elles, reçu une attention limitée. Depuis peu, des  chercheurs  commencent  à  mettre  en  valeur  leur  potentiel  scientifique  au  travers  de recherches focalisées sur les momies elles-mêmes. C’est le cas du projet MAHES (Momies Animales et Humaines EgyptienneS), dirigé par Stéphanie Porcier (HiSoMa – UMR 5189). Il a pour objectif de comprendre le culte des animaux sacrés et leur association à des pratiques funéraires et rituelles à travers l’analyse multidisciplinaires des 2500 momies animales de la collection du Musée des Confluences de Lyon. C’est dans le cadre de ce projet qu’un grand nombre de momies animales, principalement de crocodiles, ont été scannées à l’European Synchrotron  Radiation  Facility  (ESRF)  de  Grenoble.  Le  synchrotron  permet  d’étudier  les momies grâce à la microtomographie, une technique non destructive d’imagerie virtuelle. Ces données ont fait l’objet d’une étude préliminaire dans le cadre de mon mémoire de Master 2, une publication étant actuellement en cours de préparation. Les analyses approfondies des scans ont révélé une plus grande diversité des processus de momification qu’attendue, ce qui démontre le grand potentiel d’une étude non destructive de ce matériel grâce à l’imagerie synchrotron.

Ce projet de thèse se base sur des recherches tant archéozoologiques, qu’égyptologiques et biologiques.

La très grande quantité de momies animales produite par les anciens égyptiens durant les périodes ptolémaïques et romaines, de 323 à 30 av J.-C. et de 30 av J.-C. à 395 ap. J.-C. (Hornung et al. 2006, 490-495) indique qu’une production de masse organisée a dû avoir lieu (plus de 7 millions de momies dans la catacombe des canidés de Saqqara; Nicholson et al. 2015). D’un point de vue archéozoologique, ce projet a pour but de comprendre les stratégies d’approvisionnement en animaux et de se pencher sur les modalités nécessaires à la production d’un grand nombre de momies. Les animaux domestiques ou de compagnies (bovins, ovins, caprins ou chien, chat,..) sont plus facilement disponibles, mais un accès continu à un grand nombre d’animaux sauvages, particulièrement dangereux et parfois de grande taille comme le crocodile du Nil, a surement dû être plus complexe à organiser. Une des questions clef concerne le statut sauvage ou élevé des crocodiles. Etaient-ils élevés en captivité ou prélevé dans leur environnement naturel et étaient-t-ils sélectionnées selon leur taille, leur sexe ou encore leur âge ? L’étude de la saisonnalité de la mortalité des crocodiles présents dans cette collection permettrait de savoir si l’abattage et le processus de momification des crocodiles étaient liés à un évènement cultuel spécifique ou bien s’ils étaient menés tout au long de l’année. Cette question sera traitée en étudiant les stades de développement de très jeunes individus et par l’étude des stries de croissances, présentes dans les os long de spécimens plus âgés, par histologie virtuelle (Hutton 1986, Sanchez et al. 2016). Eventuellement, une approche complémentaire via les stries dentaires sera tentée pour essayer d’augmenter la précision de détermination de la saisonnalité d’abattage.

Dans une perspective égyptologique, nous chercherons à comprendre la chaine d’approvisionnement, les pratiques funéraires, l’organisation générale du commerce des momies animales ainsi que les mécanismes économiques associés au culte animal dans l’Egypte antique. Un accent particulier sera mis sur le culte des crocodiles lié au dieu Sobek à l’époque Ptolémaïque et Romaine. Pour ce faire, une partie de ce projet de thèse se concentrera sur les textes anciens. En effet, à différentes époques certains auteurs classiques ont décrit et commenté la vie en Egypte ancienne. Ce sera surtout le crocodile en Egypte qui sera étudié au travers de ces textes.

L’étude directe des momies se fera au travers d’autopsies virtuelles basées sur des techniques développées originellement pour la paléontologie afin d’obtenir des informations biologiques (âges, stades développementaux, pathologies, sexes,…) et des informations environnementales (contenus stomacaux, causes de la mort). Une approche similaire sera utilisée pour étudier les protocoles de préparations (baumes et résines, tissus, surmodelage, éviscérations, préparation exceptionnelle de corps, remplissage des corps, retrait de certaines parties des corps, accumulation de plusieurs individus dans une seule momie, …). Ces aspects seront étudiés principalement chez les crocodiles, mais également chez quelques autres espèces animales de la collection du Muséum des Confluences afin d’établir et de comparer le modus operandi adopté sur une plus grande diversité d’espèces animales momifiées.

 Bien que de nombreuses momies aient été dé-bandelettées lors de recherches scientifiques antérieures, cette pratique est désormais impossible au regard des volontés de conservations. A l’heure actuelle,  la tomographie multi échelle à rayonnement X synchrotron en contraste de phases apparait comme la technique la plus puissante pour permettre une analyse non destructive détaillée des momies elles même. Les techniques de tomographies conventionnelles n’atteignent pas des niveaux de détails et de contraste suffisants pour résoudre des aspects cruciaux de cette étude (comme les contenus stomacaux, les microstructures des pathologies osseuses, les détails des organes préservés ou les lignes de croissances des os et des dents). Pour couvrir tous ces aspects, il est nécessaire d’utiliser une gamme de résolution comprise entre 53 µm, pour imager complètement une momie, et 2.2 µm pour voir les microstructures osseuses et les éléments des contenus stomacaux, voire 0.7 µm pour les stries dentaires.

Les momies animales égyptiennes sont susceptibles de contenir encore aujourd’hui de l’ADN. Elles pourraient donc faire de bonnes candidates à des analyses paléogénomiques dans le futur. C’est pourquoi une attention particulière a été (et sera) portée sur les doses de rayonnements transmises aux spécimens afin de ne pas compromettre ces futures analyses.  Pour ce faire, une étude dosimétrique sera réalisée sur toutes les configurations de scans qui ont été (et seront) utilisées dans le cadre de ce projet. Des outils spécifiques de calcul tridimensionnel de dépôt de dose à partir des données des scans, originairement développés pour la paléoanthropologie (Immel et al. 2016) ou la radiothérapie, seront adaptés à l’imagerie multi échelle et appliqués aux momies scannées. Ces cartes de dépôts de dose révèleront les zones de dégradation potentielle de l‘ADN (localisées dans les petits volumes scannés aux plus hautes résolutions). Ces informations seront transmises aux conservateurs du Musée des Confluences pour archive. Des pratiques d’imagerie optimisées, ainsi que la création d’outils pour le calcul des cartes de dépôt de dose représentent des aspects importants de ce projet de thèse. Ainsi, cette thèse sera une approche synergique combinant non seulement l’égyptologie, l’archéozoologie et la biologie, mais également la physique et l’imagerie.

Bibliographie

HORNUNG E., KRAUSS R. et WARBURTON D. 2006, Ancient Egyptian Chronology (Brill), Boston.

HUTTON J.M. 1986,  « Age  Determination  of  Living  Nile  Crocodiles  from  the  Cortical Stratification of Bone », American Society of Ichthyologists and Herpetologists 1986, 2, p. 332341.

IMMEL A., LE CABEC A., BONAZZI M., HERBIG A., TEMMING H., SCHUENEMANN V.J., BOS K.I., LANGBEIN F., HARVATI K., BRIDAULT A., PION G., JULIEN M.-A., KROTOVA O., CONARD N.J., MÜNZEL S.C., DRUCKER D.G., VIOLA B., HUBLIN J.-J., TAFFOREAU P. et KRAUSE J. 2016, «Effect of X-ray irradiation on ancient DNA in sub-fossil bones – Guidelines for safe X-ray imaging », Scientific Reports;6:32969.doi:10.1038/srep32969.

NICHOLSON P.T.,  IKRAM S.  et  MILLS S. 2015,  « The  Catacombs  of  Anubis  At  North  Saqqara », Antiquity 89, 345, p. 645661.

SANCHEZ S., TAFFOREAU P., CLACK J.A. et AHLBERG P. E. 2016, « Life history of the stem tetrapod Acanthostega revealed by synchrotron microtomography », Nature 537, p. 408411.

 

 

Rattachement
Université Lumière-Lyon 2 : Faculté de GHHAT - ED 483 - Sciences sociales - Doctorat Langues, Histoire, Civilisations des Mondes Anciens
Année de première inscription
2017
Date d'entrée
01/09/2017

 Logo CNRS