UMR 5133

Suivre l'actualité par flux RSS 

Laboratoire Archéorient

Environnements et sociétés de l'Orient ancien

Image oiseau MOM

GIRARD Jean-Pierre

GIRARD Jean-Pierre

GIRARD Jean-Pierre
Catégorie
Chercheur associé
Coordonnées

Laboratoire Archéorient
Maison de l'Orient et de la Méditerranée 
7, rue Raulin, F-69365 Lyon cedex 07 
E-mail : jean-pierre.girard[at]mom[dot]fr

 

Fonctions

Ingénieur chargé de coordonner et de faire vivre l’interdisicplinarité (dans) des projets de recherche sur le partage et l’ouverture des données en archéologie et patrimoine, en direction de tous les publics, professionnels et amateurs :

  • échanges scientifiques au sein d’une communauté de recherche, 
  • projets partagés « science-société » (ce qu’on appelle couramment la science participative).

Travaux en cours

* HyperThésau (Labex IMU, 2018-2020) 

Ce projet réunit une palette diversifiée d’acteurs opérationnels de l’archéologie française et européenne, dans un consortium fortement interdisciplinaire (informatique, sciences de la documentation, écologie). Archéorient y marque son implication dans la question cruciale de l’ouverture, de la publication et du partage des données de l’archéologie et sa capacité à être un acteur important de la recherche dans ce domaine. 
L’approche originale proposée repose sur la constitution de thésaurus de référence alignés sur les référentiels du web sémantique et sur la création d’une architecture informatique nouvelle (le « lac de données ») préservant la liberté des formats et des vocabulaires utilisés par les équipes de recherche sur leur terrain et dans leurs analyses post-fouilles. 
Le projet est financé par le Labex IMU (ANR-10-LABX-00) de l'Université de Lyon, dans le cadre du programme "Investissements d'Avenir" (ANR-11-IDEX-0007) géré par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Communication
GIRARD J.-P., DUROST S. « Archéologie : le trésor est noyé dans la brume des données, on cherche la lampe... ou une boussole ». In : Journée données de l’histoire de l’art et de l’archéologie- INFORSID 2019. Paris : Association INFORSID, 2019.
 
* ArteBib (GIS Collex-Persée, 2019-2020) 
Les deux phases de fouille du site archéologique de Bibracte (1864-1907, puis des campagnes annuelles depuis 1984) ont mis au jour une collection exceptionnelle d’objets archéologiques, aujourd’hui dispersée entre trois musées (musée du site de Bibracte, musée d’Archéologie nationale et musée Rolin) ; seule une petite partie de la collection est exposée dans les vitrines du musée du site. Artefacts est la base de données scientifique en ligne de référence en matière d’objets archéologiques en Europe ; sa consultation est libre ; son enrichissement constant et collaboratif s’appuie sur un thésaurus-métier produit par la communauté scientifique. Le projet ArteBib est financé par le GIS Collex-Persée. Il est porté par le laboratoire ArAr de la MOM vise, d’une part, à intégrer la collection de Bibracte dans Artefacts après numérisation et documentarisation normalisée, afin d’en valoriser le caractère représentatif pour la fin de l’indépendance celtique, et, d’autre part, à élargir les fonctionnalités d’Artefacts (enrichissement et alignement du thésaurus ; prise en compte des standards de description de l’IST) de façon à ce que ces données ouvertes soient moissonnables et interopérables. 
 
* Bulliot, Bibracte et moi(min. de la Culture, 2019-2021) 
« Bulliot, Bibracte et moi » est un dispositif participatif financé par le ministère de la Culture au titre des « services numériques innovants 2019 », qui associe le public du site et du musée de Bibracte-mont Beuvray (Morvan) à l’exploitation d’archives archéologiques, par la transcription numérique et la documentarisation des carnets de fouille manuscrits de Jacques-Gabriel Bulliot, découvreur du site au XIXe siècle. Le dispositif viendra étoffer la médiation mise en œuvre pour expliciter la chaîne opératoire de l’archéologie, en la replaçant sur une échelle historiographique, essentielle pour comprendre l’évolution de la perception du site de Bibracte. 
Le rapprochement du corpus ainsi constitué avec les sources archivistiques et scientifiques permettra de lancer un second programme participatif, fondé sur la montée en compétence du public acquise durant la première phase. Il s’agira cette fois de documentariser finement l’ensemble de ces contenus, avant leur mise à disposition dans une collection « Perséide » de la bibliothèque numérique Persée. Le projet fait l’objet d’un carnet de recherche Hypothèses : bbm.hypotheses.org/
 
Le projet HisArc-RDF réunit un consortium pluridisciplinaire : archéologie, histoire, géographie, terminologie, bibliographie et informatique. La mise en commun des expériences, appuyée sur le partage et l’articulation de méthodes et d’outils logiciels et sémantiques développés dans chaque discipline, permettra de prototyper (mise en œuvre et tests itératifs) une chaîne opératoire « FAIR » sur des jeux de données archéologico-historiques structurellement et sémantiquement hétérogènes. Début des travaux : janvier 2020.
L’aboutissement du projet sera la réalisation puis la publication ouverte d’une méthodologie et des outils associés en vue d’implémenter dans nos disciplines un écosystème de production, de publication et de partage de données « FAIR », appuyée sur une preuve de concept : l'expérience-utilisateur visée est le partage et une réutilisation effective des données extraites des systèmes d’enregistrement (raw data), indépendamment de la structuration propre à telle ou telle base, à charge pour chaque interface d’exploitation/visualisation de venir les chercher et de les configurer pour permettre leur ré-exploitation. La mise en place rapide de ces linked open data se fera au service du public académique le plus large : étudiant.e.s, musées et équipes de recherche.
 
 
 
 
Rattachement
IE-Université de Lyon

 Logo CNRS