UMR 5133

Suivre l'actualité par flux RSS 

Laboratoire Archéorient

Environnements et sociétés de l'Orient ancien

Image oiseau MOM

MAROKE Hala

MAROKE Hala

MAROKE Hala
Catégorie
Doctorant
Coordonnées

Laboratoire Archéorient
Maison de l'Orient et de la Méditerranée 
7, rue Raulin, F-69365 Lyon cedex 07
E-mail : halasabeeh5[at]gmail[dot]com

Directeur de thèse

Michèle Casanova (Univ. Lyon 2, Archéorient)

 

 

Thèse en cours

L'art de l'incrustation au Proche-Orient ancien

Résumé de la thèse

Nous savons que le Proche-Orient ancien est très riche en productions artistiques dans le domaine architectural, la sculpture, la parure, le mobilier et la glyptique. Il y a une partie très remarquable dans leurs arts : c'est l’art de l'incrustation. Ce type d'art n'a pas encore été complètement étudié, bien qu’il ait donné lieu à la création d’objets variés.

L’étude à mener dans ce domaine ne sera pas seulement esthétique, elle peut fournir aussi des informations très précises sur les élites, le commerce, les techniques qui ont été utilisées à cette époque, le lien entre ce type d'art et la religion. On peut dire que cet art est une source inestimable pour les archéologues.

Les buts de cette thèse sont la recherche sur l'origine de l'art de l'incrustation, les étapes de son développement, les symboles et les significations des objets incrustés.

L’étude des couleurs des matériaux qui ont été utilisées dans cet art, peut nous permettre de reconstruire la gamme colorée de l’iconographie qui était celle des scènes de bas-reliefs et de haut-reliefs du Proche-Orient ancien qui ont perdu bien souvent leurs couleurs d’origine.

Nous allons travailler sur le vaste corpus qui a été decouvert en Mésopotamie et dans les pays voisins comme l’Iran, le bon exemple c'est le Cimetière Royal d'Ur (Irak) qui a fourni le plus grand nombre des incrustations connues. Toutes ces collections se trouvent dans les musées comme le Louvre ou le British Museum. Nous allons également essayer de distinguer des détails précis de
certains modèles et chercher dans les textes anciens de Mésopotamie des mentions sur l'art de l'incrustation

Le plan de recherche
Cette étude portera sur les thèmes suivants :

  • Les matériaux utilisés et leurs provenances : pierres, métaux, autres matériaux comme la coquille et la nacre.
  • Le début de l'apparition de l'art de l'incrustation au Proche-Orient ancien. Analyse et interprétation des motifs qui sont placés sur chaque objet
  • Le mot « incrustation » dans les textes anciens en Mésopotamie
  • Les méthodes de fabrications des objets incrustés
  • L'adaptation des supports (parures, vases, instruments de musique, boites, etc) avec les matériaux pour réaliser ce type d'art.
  • Les techniques de l'art de l'incrustation : les artisans et les ateliers selon notamment les textes d’Ebla et de Mari (Syrie) dans la deuxième moitié du 3° millénaire et au 2° millénaire avant J.-C.
  • Décrire et classer les objets. Existait-il des « modèles » chez les artisans ?
  • Analyser et étudier les objets archéologiques : les figurines, les statues, les vases, les bijoux, les meubles, les armes.

Rattachement
Université Lyon 2 : GHHAT - ED 483 - Sciences sociales
Date d'entrée
12/2019

 Logo CNRS