UMR 5133

Suivre l'actualité par flux RSS 

Laboratoire Archéorient

Environnements et sociétés de l'Orient ancien

Image oiseau MOM

TAVERNIER Gauthier

TAVERNIER Gauthier

TAVERNIER Gauthier
Coordonnées

Laboratoire Archéorient
Maison de l'Orient et de la Méditerranée 
7, rue Raulin, F-69365 Lyon cedex 07
E-mail : gauthier.tavernier[at]univ-lyon2[dot]fr

 

 

Thèmes de recherche
  • Céramique
  • Typologie et technologie céramique
  • Âge du Bronze ancie
  • Puy-de-Dôme
Directeur de thèse

Eric Thirault (Univ. Lyon 2, ArAr)

Thèse en cours

Les productions céramiques du début de l’âge du Bronze en Grande Limagne (Puy-de-Dôme, France) : Etude typologique et technologique.

Résumé de la thèse

Le développement de l’archéologie préventive a permis la reconnaissance de nombreux sites d’habitat du Bronze ancien en plaine de Limagne. Ces découvertes ont été accompagnées par la constitution d’importants corpus céramiques, qui ont fait l’objet de plusieurs études typologiques ayant abouti à une première synthèse sur la période réalisée par Gilles Loiseau en 2003 (Loison, 2003). Ce travail a été poursuivi dans le cadre du Projet Collectif de Recherches dirigé par J. Vital, F. Convertini et O. Lemercier entre 1999 et 2009 sur les « Composantes culturelles et premières productions céramiques du Bronze ancien dans les Sud-Est de la France » (Convertini, Lemercier et Vital, 2012). Ces approches ont permis de mettre en avant un certain nombre de dynamiques culturelles au cours du Bronze ancien, en se fondant essentiellement sur l’analyse des formes et des décors. Ces études oblitèrent cependant peu ou prou toutes considérations technologiques.

La mise en place d’une approche globale de la céramique, bien que théorisée depuis les années 1950 (Shepard, 1956), souffre encore d’un manque d’attention pour les aspects techniques, dont la place mérite d’être restituée. L’observation technique, depuis longtemps devenue un réflexe pour le mobilier lithique, demeure en effet encore très marginale pour le mobilier céramique. Son application sur des productions protohistoriques a néanmoins fait l’objet de quelques travaux universitaires, notamment pour l’âge du Bronze final en Quercy et Basse Auvergne (Saint-Sever, 2014), pour l’âge du Bronze en Provence (Lachenal, 2010) et pour l’âge du Bronze moyen de la Culture des Duffaits (Manem, 2008).  L’âge du Bronze ancien d’Auvergne souffre quant à lui encore de grandes lacunes.

L’étude technologique permet d’identifier l’évolution des traditions techniques. Ces dernières peuvent être liées à des considérations d’ordres économiques, sociaux, culturels ou symboliques. Les formes et décors se démarquent par leur forte visibilité, qui les rend perméables aux phénomènes de modes ou aux exigences économiques et sociales, et sont facilement assimilables et modifiables par les potiers qui s’adaptent aux besoins et aux demandes. A l’inverse, le principe d’apprentissage implique la restitution d’un modèle. Les habiletés motrices et cognitives développées lors de la formation sont véritablement incorporées par le potier et il est très difficile de s’en extraire. Ce principe confère aux traditions techniques une grande résistance au changement. Leur évolution se fait alors selon des rythmes et des modalités propres, pas nécessairement corrélés aux évolutions morphologiques et décoratives.

On observe au Bronze ancien en Grande Limagne un nombre important de grands sites d’habitat, parfois très proches spatialement, qui se répartissent sur le territoire. Une analyse globale, typologique et technologique, permettra d’affiner l’observation des comportements sociaux et culturels, des stratégies d’occupation du territoire, de l’évolution intrinsèque et des éventuels apports extérieurs. A l’échelle du bassin de Clermont-Ferrand, ces observations permettront de suivre, sur le plan synchronique, l’organisation des différents groupes sociaux, identifiés par leur comportement technique, au sein des multiples sites qui composent le territoire. Sur le plan diachronique, ces observations pourront nous permettre d’identifier les modalités d’évolution des traditions techniques, et avec elles ce qu’elles traduisent des évolutions culturelles et sociales du Campaniforme au début du Bronze moyen (2500 à 1500 BCE environ).

Ce projet de thèse répond ainsi à plusieurs enjeux : il permettra de mettre à jour la typologie des productions du Bronze ancien d’Auvergne mais également d’affiner notre compréhension de l’organisation des sociétés du début de l’âge des Métaux dans le bassin de Clermont-Ferrand.

Rattachement
ED 483 - Sciences sociales - Doctorat Langues, Histoire, Civilisations des Mondes Anciens
Année de première inscription
2020
Date d'entrée
2020

 Logo CNRS