UMR 5133

Suivre l'actualité par flux RSS 

Laboratoire Archéorient

Environnements et sociétés de l'Orient ancien

Image oiseau MOM

Alimentation et état santé d'une population chypriote du 7e millénaire

Reconstituer l’alimentation et l’état de santé d’une population chypriote du 7e millénaire : une nouvelle approche au croisement des disciplines

APPI 2017 Université Lyon 2
Coordinateur scientifique : Françoise Le Mort

Equipes partenaires :

  • UMR 5133 Archéorient
  • UMR 5276 - Laboratoire de Géologie de Lyon
  • UMR 7269 - LAMPEA Laboratoire méditerranéen de Préhistoire Europe Afrique, Aix-en-Provence
  • GRET Evolution-Morphologie, Anthropologie, Génomique, EPHE, Paris
  • UMR 5199 – PACEA – de la Préhistoire à l’actuel : Culture, Environnement et Anthropologie, Pessac
  • UMR IRD 224-CNRS 5290 MIVEGEC - Maladies infectieuses et vecteurs : écologie, génétique, évolution et contrôle, Montpellier
  • Musée des Confluences, Lyon

Membres du projet :

Françoise Le Mort et Bérénice Chamel (UMR 5133), Vincent Balter et Emmanuelle Albalat (UMR 5276), Estelle Herrscher (UMR 7269), Olivier Dutour et Hélène Coqueugniot (EPHE et UMR 5199), Pascale Perrin (UMR IRD 224-CNRS 5290), Catherine Bodet et Christian Sermet (Musée des Confluences)

 Résumé du projet

Pour appréhender l’alimentation et l’état de santé des populations du passé, il est nécessaire de confronter des données variées, relevant des sciences humaines et sociales, des sciences biologiques et médicales et des sciences de l’environnement.

En mobilisant une série de disciplines (archéologie, anthropologie biologique, paléopathologie, biogéochimie isotopique, génétique), ce projet propose de développer une nouvelle méthode, basée sur les rapports isotopiques du fer et du calcium dans les os humains, susceptible de contribuer efficacement à l’identification des anémies dans les populations du passé. À l’heure actuelle, il est, en effet, très difficile de poser un diagnostic d’anémie à partir des restes osseux. La population néolithique précéramique de Khirokitia (Chypre, 7e millénaire av. J.-C.), qui présente de nombreuses particularités et notamment une série de modifications osseuses pouvant être liées à une ou plusieurs formes d’anémie, est utilisée comme population de référence. Le projet comprend également une partie consacrée à la reconstitution de l’alimentation protéique des habitants de Khirokitia.

Ce programme s’inscrit dans la tendance actuelle qui consiste à donner toute sa place à l’analyse de l’état de santé des populations du passé dans l’étude des périodes de transition telles que la néolithisation.

 

 Logo CNRS